Cannon fait le sourd face aux travailleurs

Gatineau, 6 octobre 2006 – Depuis le dépôt du projet loi C-257 en juin dernier (loi anti-scab), le ministre Cannon évite toute rencontre avec les dirigeants de la FTQ dans l’Outaouais.

« Pas un, mais bien trois appels ont été logés à son bureau pour tenter de le rencontrer afin de lui expliquer l’importance de cette loi. Cette loi qui n’a jamais mordu personne existe depuis 1977 au Québec. Elle ne peut s’appliquer aux organismes de juridiction fédérale, ce qui fait en sorte qu’il y a malheuresement deux classes de travailleurs au Québec » a déclaré M. Lemay.

Une ombre sur les relations de travail

« Plusieurs des conflits de travail les plus longs et acrimonieux des dernières années au Québec ont été vécus dans des entreprises qui ont eu recours à des briseurs de grève : Vidéotron, Radio Nord, Cargill, Secur Desjardins …

Le ministre Cannon aura donc sa chance de prouver aux travailleurs du Québec et surtout à ceux de sa région, qu’il est en faveur de cette loi anti-briseur de grève alors que le vote se tiendra à la Chambre des communes le 25 octobre prochain » a mentionné le conseiller régional.

Des chiffres qui parlent

La durée moyenne en jours de travail perdus de 1992 à 2002 est de 15,9 jours selon le Code du travail du Québec et de 31,1 jours selon le Code canadien du travail, soit une différence de 95,6 %.

Un autre exemple : le nombre de jours perdus par 1 000 employés de 1992 à 2002 est de 121,3 jours selon le Code du Québec et de 266,3 jours selon le Code canadien du travail, soit une différence de 119,5 %.

Nos députés dans l’Outaouais

« Richard Nadeau (bloquiste – Gatineau), Marcel Proulx (libéral – Hull-Aylmer) ainsi que Mario Laframboise (bloquiste – Papineau) sont unanimes et souhaitent que ce projet de loi soit accepté afin d’éviter d’avoir deux classes de travailleurs, d’échapper à de très longues grèves ou lock-outs dus à l’embauche de briseurs de grève et, surtout, d’assainir le climat pendant et après un conflit de travail.

Dans quelques mois, il y aura sûrement élection pour un « nouveau » gouvernement canadien. À défaut d’être en faveur, le ministre Cannon devra justifier sa prise de position sur ce projet de loi anti-scab devant l’électorat.

Enfin, espérons pour tous les travailleurs et travailleuses de l’Outaouais que le ministre Cannon retrouve l’ouïe d’ici le 25 octobre prochain » a conclu Dino Lemay.

Rappelons que la FTQ, la plus grande centrale syndicale en Outaouais, représente plus de 25 000 membres.

Source : FTQ-Outaouais

Renseignements : Dino Lemay (819) 777-5441

– 30 –