Encore le ministre Pelletier

« Les Marabouts de l’Outaouais – FTQ récidivent devant les bureaux du ministre Pelletier»

Gatineau 9 décembre 2003 – Les membres de la FTQ ont de nouveau manifesté leur mécontentement face au gouvernement Charest. Cette fois-ci les manifestants sont demeurés devant ses bureaux lui présentant un arbre de Noël décoré de chaînes et des logos des syndicats affiliés à la FTQ. Les Marabouts ont voulu démontrer leur désaccord face aux menaces de Charest de bâillonner tout le Québec. Ensuite ils ont offerts des « peanuts » au ministre Pelletier pour qu’il puisse les donner à son chef conservateur et ainsi lui transmettre un message bien clair : on ne travaille pas pour des « peanuts » au Québec. Si le Premier ministre ne comprend pas le message, il peut toujours demander à son « partenaire » Gilles Taillon. La signification des « peanuts » dans le langage économique veut dire travailler pour le salaire minimum, cheap labour.

Vous monsieur Pelletier, ayez le courage de dire à votre chef conservateur que vous, vous voulez défendre les vraies valeurs libérales comme dirait votre confrère Paradis à l’Assemblée nationale. On peut comprendre que votre chef pourrait être justifié de mettre une muselière à certains de ses députés mais cela ne veut pas dire qu’il peut bâillonner tout le Québec. Quand Jean Charest veut imposer le bâillon à l’Assemblée nationale pour légiférer à toute vitesse ses lois rétrogrades, il ne bâillonne pas juste l’opposition officielle, mais aussi les syndicats, les groupes communautaires, etc. Finalement c’est presque tout le Québec qu’il ne veut pas entendre. Il a des oreilles attentives juste pour le conseil du patronat avec qui il semble entretenir une relation incestueuse.

Pour terminer, en mettant le feu à notre arbre, monsieur le Premier ministre, c’est pour vous démontrer qu’on a « le feu au cul » et si vous continuez à vous obstiner à diriger le Québec sans concertation comme vous le fait actuellement, vous allez avoir chaud dans les prochains jours, semaines, et mois à venir. Ceci n’est pas une menace monsieur Charest c’est une promesse!

La FTQ, la plus grande centrale syndicale en Outaouais représentant plus de 25000 membres.

Source : FTQ – Outaouais