L’Alliance sociale en Outaouais interpelle la députée Mme Maryse Gaudreault

Gatineau, le 28 janvier 2011 – En prévision du prochain budget du Québec, les organisations composant la toute nouvelle Alliance sociale de la région de l’Outaouais interpellent la députée de Hull Maryse Gaudreault. Les organisations syndicales membres de l’alliance veulent sensibiliser la députée ainsi que l’ensemble de la députation libérale de la région a leur proposition progressiste et réaliste en vue du prochain budget que présentera le ministre des Finances Raymond Bachand.

Malheureusement, le ministre des Finances a déjà clairement indiqué que son budget serait en ligne droite avec le précédent. Les membres de l’Alliance jugent qu’il ne fait pas les bons choix budgétaires. « Le gouvernement Charest invoque la précarité des finances publiques pour justifier ses politiques alors que des solutions équitables sont à portée de main. C’est pour cette raison que nous nous opposons à plusieurs des mesures qu’il met de l’avant parce qu’elles ne font qu’alourdir le fardeau des citoyennes et des citoyens du Québec au risque de mettre en péril l’équilibre financier des familles », ont plaidé les représentantes et les représentants de l’Alliance.

Non aux mesures injustes
L’Alliance sociale s’oppose fermement à la tarification et à la privatisation des services. « Nous nous opposons à toutes formes de taxation régressive qui pèsent davantage sur les personnes moins fortunées et celles dont la santé est la plus fragile. En ce sens, la taxe santé de 200 $, en plus d’être discriminatoire à l’égard des femmes, est profondément inéquitable, car elle demande le même effort à tous les ménages, et ce, indépendamment de leurs revenus. Il s’agit là d’un recul social important et nous exigeons du gouvernement qu’il la retire », ajoutent-elles.

L’Alliance sociale rejette aussi la hausse des droits de scolarité prévue à compter de 2012, car elle réduit l’accessibilité aux études universitaires. Elles s’insurgent de la mauvaise gestion constatée dans certaines universités où les primes faramineuses semblent être devenues monnaie courante. Elles considèrent que d’autres choix existent pour mieux financer nos universités.

L’Alliance remet aussi en question l’ampleur des compressions budgétaires envisagées. Elles mineront, à leur avis, la qualité des services publics et des programmes sociaux et ouvriront la porte encore plus grande à leur privatisation. Elles auront aussi pour effet de renvoyer aux familles et, en premier lieu, aux femmes des responsabilités jusqu’ici assumées par l’État.

Les représentants de l’Alliance sociale espèrent que la rencontre avec madame Gaudreault l’aura sensibilisé aux problèmes que risque d’engendrer le prochain budget s’il s’avérait que le ministre s’entête à maintenir ses positions. Les revendications de l’Alliance sociale seront également acheminées à l’ensemble des députés libéraux de l’Outaouais.

De plus, l’Alliance sociale ainsi que la Coalition opposées à la tarification et à la privatisation des services publics de la région participeront activement à la mobilisation en vue de la manifestation nationale du 12 mars prochain qui aura lieu à Montréal. « Il est temps que ce gouvernement privilégie des choix plus socialement acceptables qui tiennent compte d’une meilleure redistribution de la richesse. Il doit investir dans les services à la population et mettre tout en œuvre pour que les emplois soient de qualité » ont conclu les représentantes et les représentants de la Coalition et de l’Alliance sociale.

– 30 –

Membres de l’Alliance sociale : FTQ, CSN, CSQ, CSD, SFPQ, APTS, SPGQ