L'Outaouais a-t-elle vraiment besoin d'un CJRC-Montréal?

Gatineau, 20 février 2010 – Il y a quelque chose de profondément insultant dans la décision de la multinationale Corus de fermer ses émissions du matin dans les différentes régions du Québec pour se brancher à l’émission de l’animateur Paul Arcand, produite à partir de Montréal.

Aux yeux de la FTQ Outaouais, le message est clair : Corus tourne le dos aux régions, ne s’intéresse plus à la réalité et aux besoins des citoyens qui y habitent, mais veut tout de même continuer à pomper le « cash » en provenance des entreprises régionales. Bref, Corus veut le beurre et l’argent du beurre!

Plusieurs questions se posent à la suite de cette décision. Auditeurs de l’Outaouais, avez-vous vraiment encore le goût d’écouter une station de radio qui ne veut même plus vous laisser vous exprimer? Gens d’affaires de l’Outaouais, avez-vous vraiment l’intention de continuer à encourager une station de radio qui veut votre argent mais qui considère que votre région n’est même plus assez importante pour avoir sa propre émission du matin.

Pensez-vous que Paul Arcand s’intéressera vraiment aux dossiers de l’Outaouais? Pensez-vous que Paul Arcand s’impliquera dans la communauté outaouaise comme l’ont toujours fait les Louis-Philippe Brulé, Daniel Séguin et Richard Proulx? Pensez-vous que Paul Arcand viendra dépenser son argent dans vos commerces ici en Outaouais. Permettez-nous d’en douter…

L’émission matinale de CJRC 104,7 qui était animée par Louis-Philippe Brulé, un gars qui est né et qui a grandi ici à Gatineau, s’intitulait Faut qu’on s’réveille. Voilà une belle occasion de prouver aux dirigeants et actionnaires de la multinationale Corus que les gens de l’Outaouais ne sont pas tous endormis et qu’ils sont capables de se tenir debout quand on décide de leur enlever une partie de leur identité.

Si Corus ne comprend pas le message et ne rectifie pas le tir, espérons qu’une autre station, qui a plus à coeur les intérêts de l’Outaouais et l’information régionale, profitera de l’occasion pour combler le vide qui vient d’être créé. Il est temps d’arrêter de parler, il faut agir!

Source : FTQ-Outaouais

Renseignements :
Dino Lemay, conseiller régional FTQ
(819) 777-5441

– 30 –