Non au privé en santé

Qui veut du privé en santé ? Parlez-en à vos parents et grands-parents du temps où nous n’avions pas de système de santé universel pour tous. Ils auront tous une histoire d’horreur à vous raconter, soit qu’un enfant ou un parent est tombé malade et la famille a dû s’endetter afin de payer pour les soins de l’un des siens, allant même jusqu’à vendre la maison. Depuis 1970, nous avons la chance d’avoir un système de santé universel pour tous, autant pour les riches que pour les pauvres. Nous payons selon nos moyens, via nos impôts.

Regardez du côté des États-unis ce qui se passe. Un citoyen sur six (1/6) n’as pas d’assurance privée. Pourquoi ? Parce qu’il n’a simplement pas les moyens de s’en payer. On est même rendu à simuler des divorces pour être soigné par le système public, car il faut gagner moins de 16 000 $ pour une famille de quatre (2 adultes, 2 enfants) annuellement pour être couvert.

Lorsque le Ministre Couillard tente de nous faire croire que notre système coûte trop cher, il ne faudrait pas trop charrier. Notre système de santé public au Québec, qui est accessible à tous, ne coûte pas plus cher qu’avant. Ce n’est pas compliqué, il s’agit de mesurer les coûts reliés à la santé, vis-à-vis le produit intérieur brut (PIB) d’un pays. Bizarre, il y a 20 ans, les coûts reliés à la santé au Québec étaient de 7,5 % du PIB, tout comme aujourd’hui !

Notre cher Ministre tente aussi de nous faire croire que les listes d’attente dans les hôpitaux vont disparaître avec l’ouverture au privé. Saviez-vous que nos salles d’opération dans nos hôpitaux opèrent en moyenne 6 heures par jour et pas tous les jours ? Imaginez si nous pouvions opérer 7, 8 ou 9 heures par jour comme nous l’avons proposé au Ministre.

Mais qui veut du privé en santé ? Les coûts reliés au système de santé public coûtent 21 milliards annuellement au Québec. Si vous êtes propriétaire d’une compagnie d’assurance et que vous visez seulement 10 % du marché, cela vous donnera un petit 2 milliards de profit. Assez pour motiver bien du monde.

Il est grand temps de se mobiliser en tant que citoyens québécois face au Ministre Couillard et aux promoteurs privés qui n’attendent que le bon signal pour s’en mettre plein les poches. Une grande marche pour la santé se tiendra à Montréal le 3 mai prochain et nous pourrons dire haut et fort au Ministre et à son gouvernement : NON MERCI AU PRIVÉ DANS LA SANTÉ !

Dino Lemay
Conseiller régional FTQ