« Quand déréglementer rime avec priver, il y de quoi à se poser de sérieuses questions » Patrick Langevin, président régional FTQ.

Examen stratégique de Postes Canada

Patrick Langevin, Marcel Proulx, Richard Nadeau, Denis Lemelin et Dino Lemay

Patrick Langevin, Marcel Proulx, Richard Nadeau, Denis Lemelin et Dino Lemay

Gatineau, le 26 août 2008 – « La décision du gouvernement fédéral de ne pas tenir d’audiences publiques sur un sujet aussi crucial que le service postal, pour notre région, nous préoccupe énormément; Postes Canada appartient à l’ensemble de la population et doit servir cette même population; il s’agit d’un service de communication névralgique pour notre région, des audiences publiques auraient été appropriées, de dire Dino Lemay, conseiller régional FTQ ».

« La déréglementation de Postes Canada ne servirait en rien les intérêts de la population. De plus, il s’agit d’un service rentable qui a démontré son efficacité ; quand déréglementer rime avec priver, il y a de quoi à se poser de sérieuses questions. Qui a intérêt à voir Postes Canada déréglementé » ? a mentionné Patrick Langevin président du Conseil régional FTQ Outaouais.

Pourquoi vouloir faire quelque chose qui ne fonctionne pas ailleurs

Ailleurs, la déréglementation a entraîné des pertes d’emplois, des diminutions de services et la hausse de tarifs ; en Suède le tarif de base a augmenté de 90 % depuis 1993, comparé à 21 % au Canada pour la même période. Depuis sa déréglementation en 2006, la Royal Mail du Royaume-Uni subit d’intenses pressions de la part de concurrents ; résultat : ses volumes de courrier et ses recettes sont en baisse. La Royal Mail affirme qu’une hausse des tarifs de la poste lettre est inévitable et que le service universel est menacé.

« Ceux qui font des pressions sur le gouvernement pour déréglementer Postes Canada n’ont que de l’intérêt pour les grands centres ; ils ne sont pas intéressés à desservir les régions comme la nôtre, seul l’appât du gain les intéresse. « Pour se développer, nos villes et nos villages ruraux ont besoin d’un service postal efficace et accessible pour l’ensemble de la population. Plusieurs municipalités du Québec ont déjà exprimé leurs craintes liées notamment à une diminution de l’accessibilité des services causée par la fermeture éventuelle de bureaux de postes », a renchéri M. Lemay.

La FTQ en Outaouais invitent l’ensemble des organismes et les citoyens à faire entendre leur voix en faveur d’un service postal universel accessible à l’ensemble de la population de notre région.

La FTQ est la plus grande centrale syndicale québécoise avec plus de un demi-million de membres.

-30 –

Sources : Dino Lemay, conseiller régional FTQ
(819) 777-5441