Réveillez-vous! - Sleep Country, dormez-vous?

Photos Francine Bourré

Photos Francine Bourré

GATINEAU, 27 février 2010 /CNW Telbec/ – Respect de l’environnement,

Les appellations anglaises suivantes ont fait place pour l’ensemble du Québec à des versions françaises afin de respecter son environnement linguistique et son écologie culturelle : Marché Express (On the Run), Bureau en gros (Business Depot), Tigre Géant (Giant Tiger), L’Équipeur (Wear House), PFK Poulet frit Kentucky (Kentucky Fried Chicken), Centre japonais de la photo (Japan Camera Center), Queues de castor (Beaver Tail), Chalet suisse (Swiss Chalet), Village des valeurs (Value Village), La Baie (The Bay), La Source (The Source), Couche-Tard (Winks), Dollar ou deux (Buck or Two), etc.

Aucune des ces entreprises n’a traité l’Outaouais différemment de l’ensemble du Québec, sauf Sleep Country Canada qui, par sa stratégie de mise en marché qui repose sur un partitionisme linguistique, a choisi d’annexer l’Outaouais à l’Ontario ! Contrairement donc à ceux des autres régions du Québec qui arborent tous le nom « Dormez-vous? » les établissements de l’Outaouais affichent sur leurs façades la dénomination anglaise « Sleep Country ».

« Nous déplorons que la direction de Sleep Country Canada n’ait pas encore compris que le Québec est entièrement français », de déclarer le porte-parole de la Coalition et président d’Impératif français Jean-Paul Perreault, avant d’ajouter : « cette manifestation veut leur rappeler que l’Outaouais est français, que l’Outaouais est québécois. S’ils ne comprennent pas le message que nous lançons aujourd’hui, les consommateurs québécois, eux, comprendront qu’il n’y a pas que dans les commerces Sleep Country ou Dormez-vous? qu’ils pourront dorénavant se procurer des matelas. »

Mario Beaulieu, président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, considère « que le statut du français au Québec est l’affaire des citoyens et organismes de la société civile de toutes les régions. Par leur vote économique, les citoyens pour le français peuvent constituer un pouvoir de pression considérable. Faire du français la véritable langue commune au Québec, c’est une question de fierté! Réveillons-nous! »

Le représentant de la FTQ, M. Dino Lemay, a ajouté : « Nous sommes indignés que Sleep Country déquébécise l’Outaouais. Nous avons déjà trop de difficultés en Outaouais avec le respect du droit de travailler en français sans avoir en plus à supporter l’arrogance d’une entreprise qui s’affiche en anglais alors que partout ailleurs au Québec, elle le fait en français. »

Solidarité et résistance linguistique

La Coalition Québec français profite de ce rassemblement pour inviter la population à la solidarité en communiquant en français avec tous les Québécois et à résister à l’anglicisation commerciale en n’encourageant que les établissements commerciaux où tout est en tout temps, sans exception, entièrement en français : accueil, service, langue de travail, messages au répondeur, publicité, produits, musique ambiante, etc.

(*) Participent à la Coalition Québec français : Impératif français, la FTQ, la CSN, la SNQ, le RRQ, la SSJB de Montréal, le Mouvement Montréal français…

– 30 –