Quelques exemples de soutien du Conseil régional aux affiliés

1999

Lutte SCEP et SEPB contre Bell Canada
Le Conseil régional s’est activement impliqué dans la lutte contre Bell qui voulait se débarrasser de ses téléphonistes en les «vendant» à un centre d’appel américain ce qui signifiait des conditions de travail fort réduites pour nos consoeurs et confrères. Le conseiller régional de la FTQ a été l’un des principaux artisans d’une manifestation regroupant plus de 1 500 militants et militantes du SCEP et du SEPB à la Place du Portage où se tenait l’assemblée générale des actionnaires de Bell.

La manifestation fut des plus réussies mais, malheureusement, Bell est arrivé à ses fins et les membres du SCEP ont du négocier des primes de départ et des modalités de transfert. Le conseiller régional avait même rencontré personnellement la ministre Lemieux avec une militante (Barbara Teasdale) pour l’inciter à modifier un article du Code du travail qui aurait permis de transférer le certificat d’accréditation du SCEP à la nouvelle entreprise. Peine perdue ! Quelques semaines plus tard, les membres du SEPB travaillant pour la division Acti Média (pages jaunes de Bell) ont, quant à eux, remporté la victoire.

Fête des travailleurs et des travailleuses
Le Conseil a organisé un brunch qui a réuni une centaine de militants et militantes des syndicats affiliés à l’occasion de la Fête internationale des travailleurs et travailleuses au Centre communautaire Tétreault à Hull. La température était idéale et la petite fête fut appréciée. La présidente du Conseil a salué les convives en leur rappelant les origines de la cette fête. Elle a également souligné les luttes en cours.

Centre d’accueil de Buckingham
Le SQEES-298 a investi la salle où se déroulait une réunion du Conseil d’administration de centre d’accueil afin de faire connaître aux administrateurs l’état déplorable des relations de travail causé par la mauvaise foi du directeur des ressources humaines. Le président québécois du syndicat, Raymond Forget s’est adressé de façon éloquente au c.a.. Le conseiller régional de la FTQ était présent à la manifestation et a rencontré (avec l’accord du syndicat) le président du c.a.(qui l’avait contacté) dans les jours suivants.

Caisses d’économie
La FTQ a décidé de s’impliquer dans la lutte que livraient les caisses d’économies au Mouvement Desjardins et à son intention de fermer des caisses réduisant ainsi le personnel et les services. Les syndicats sont très présents dans les conseils d’administration des caisses d’économie et la région n’y fait pas exception. Le Conseil a contacté nos syndicats dans ces caisses afin de les préparer à l’assemblée des sociétaires de Desjardins. Même si les caisses d’économie ont réussi à garder leur autonomie, elles étaient divisées et ne possédaient pas les moyens techniques et financiers pour mettre sur pied les mêmes services que leur association avec Desjardins leur procurait. Il a été décidé de joindre le Mouvement Desjardins et de se battre à l’intérieur pour garder leur caractère distinct.

Colloque des Jeunes à la FTQ
C’est dans notre région qu’a été choisi le groupe–témoin pour la préparation du 1er colloque des jeunes de la FTQ. Une dizaine de jeunes militants et militantes de l’Outaouais ont ainsi participé activement à l’orientation et à la rédaction des documents du colloque. Ce sont aussi des militants et militantes du Conseil qui ont été choisis pour figurer sur les pages-couvertures de tous les documents du colloque qui fut fort réussi. Le comité des jeunes qui y fut créé est fort actif et on en entendra parler bientôt car ce ne sont pas les projets intéressants qui manquent.

2000

Agents de sécurité de l’AFPC
Des militants du Conseil régional ont marché avec les agents du Musée des civilisations, membres de l’Alliance de la fonction publique du Canada qui manifestaient pour sauver leur emploi suite au désir de l’employeur de donner la sécurité à la sous-traitance.

«Chapeau les filles»
Depuis quelques années, la FTQ, par l’intermédiaire de la présidente du Conseil remet une bourse de 1 000 $ à une fille qui s’est distinguée dans l’apprentissage d’un métier non-traditionnel pour les femmes.

Collectif pour une loi sur la pauvreté
Une Coalition regroupant les syndicats et les groupes communautaires ont entrepris une vaste campagne de signatures d’une pétition exigeant du gouvernement du Québec une loi-cadre sur la pauvreté. L’objectif est d’obtenir 250,000 signatures. Le conseiller régional a représenté le Conseil au comité régional de cette coalition. Le Conseil régional FTQ Outaouais a non seulement obtenu une résolution de la ville de Buckingham (la première ville à s’impliquer) mais a aussi soutiré une résolution de la Communauté urbaine de l’Outaouais. L’Outaouais est la seule région à avoir obtenu un appui de cette envergure. Les autres groupes avaient tenté auparavant d’obtenir l’appui d’une ville de l’Outaouais mais en vain.

Fête des travailleurs et des travailleuses
Le Conseil a organisé un brunch qui a réuni une centaine de militants et militantes des syndicats affiliés à l’occasion de la Fête internationale des travailleurs et travailleuses à la Cabane en bois rond à Hull.. La présidente du Conseil a salué les convives en leur rappelant les origines de la cette fête. Ella a également souligné les luttes en cours.

Lutte contre l’ADAT dans la construction
Des militants du Conseil ont fait parvenir au journal LeDroit des lettres dénonçant les activités anti-syndicales des membres de l’Association pour le droit au travail qui veulent -toujours se débarrasser des syndicats dans la construction. Le confrère Daniel Cloutier (FIPOE) a siégé à un comité chargé d’orienter l’action de la ministre Lemieux. L’ADAT a porté la cause en Cour suprême qui a entendu les procureurs de l’ADAT et du gouvernement du Québec qui devait défendre sa compétence et sa réglementation. Les syndicats de la construction étaient présents. La Cour suprême n’a pas encore rendu sa décision.

Place des Arts
Le conseiller régional a représenté le Conseil à une importante manifestation face à la Place des Arts à Montréal pour appuyer les techniciens de scène congédiés illégalement depuis 18 mois. Le syndicat (IATSE) a jusqu’ici remporté toutes les batailles devant les tribunaux mais l’employeur veut étirer les recours jusqu’à la Cour Suprême s’il le faut pour se débarasser du syndicat. Le président du c.a. de la Place des Arts est Clément Richard, ancien ministre péquiste de la culture. Les négociations ont repris depuis.

Marche mondiale des femmes
Trois grandes manifestations étaient prévues dans le cadre de la Marche mondiale des femmes : une à Montréal, une à Ottawa et une à New-York. Pour la manifestation, on avait demandé au Conseil régional de s’occuper du stationnement des autobus, soit environ deux heures de travail. Lorsque les responsables des lunchs se sont aperçues qu’elles les avaient perdus, les militants du Conseil ont décidé de rester et de donner un coup de main aux organisatrices. Nos lunchs ayant été distribué par mégarde sur la Colline parlementaire, il fallait en trouver d’autres à placer dans les autobus qui venaient de loin. Nous avons trouvé des lunchs mais il fallait ensuite trouver les autobus concernés qui circulaient déjà entre Hull et Ottawa. Pour faire une histoire courte, nous avons réussi à accomplir le travail au grand soulagement des responsables pour qui nous étions (à ce moment) les meilleurs gars au monde. Un autre bon point pour le Conseil régional FTQ Outaouais.

Coalition sur les «groupes prioritaires»
La FTQ, la CSQ, la CSN et la CSD ont formé une coalition nationale en santé-sécurité pour obtenir du gouvernement l’application de la Loi sur la santé et la sécurité au travail dans sa totalité pour tous les groupes visés par ladite loi. En Outaouais, les représentants des trois centrales (la CSD est absente dans la région) étaient coordonnés par Pierre Lesage, militant au Conseil régional. Notre premier mandat était de rencontrer les députés de la région. C’est la FTQ qui a fait tout le travail de rédaction de documents d’explication des demandes aux députés, le communiqué de presse, la prise de rendez-vous et la convocation des médias. La CSQ collaborait avec nous dans la mesure de ses moyens. Quant à la CSN, ses représentants qui n’avaient aucun travail à faire, ne répondaient jamais à nos appels, annulaient des réunions et faisaient remettre une rencontre déjà planifiée avec le caucus des députés libéraux (ce qui n’est pas une sinécure). Finalement, après plusieurs efforts de notre part et de la CSQ pour obtenir la coopération de la CSN, nous avons décidé de faire cavaliers seuls et notre rencontre avec les députés fut réussie. La coalition régionale, c’est maintenant la FTQ et la CSQ. Paraît-il que la CSN «est pas contente» !!!